Ghana

Christina, 23 ans, cultive du maïs et on lui a montré comment faire du compost.

Christina a 23 ans et vit à Tambalug (Garu), elle a deux enfants. Christina cultive du maïs et on lui a montré comment fabriquer du compost. "Avec l'argent, je veux m'occuper de mes enfants : leur santé, leur bien-être, c'est à cette fin que je vais dépenser l'argent", dit-elle. Crédit : Nana Kofi Acquah/Oxfam

Contexte

En 2018, le Ghana était l'un des dix pays à la croissance la plus rapide au monde[1], et il s’agit actuellement de la deuxième économie d’Afrique de l’Ouest. De plus, le pays a accompli des progrès considérables en matière de réduction de la pauvreté au cours des dernières décennies. Pourtant, d’importantes inégalités subsistent, notamment entre le Sud et le Nord. En effet, la majorité de la population de la région du Nord vit avec moins d’un dollar par jour. À l’échelle nationale, environ 24,2 % de la population vit sous le seuil de pauvreté. Le Ghana se classe 140e sur 189 pays selon l’indice de développement humain (IDH) du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD).

Les inégalités entre les femmes et les hommes demeurent très importantes. L’un des hommes les plus riches du Ghana gagne plus en un mois que gagnerait l’une des femmes les plus pauvres en mille ans. Entre 2006 et 2016, la distribution des richesses a généré 1 000 nouveaux millionnaires (en dollars), mais seulement 60 de ces millionnaires étaient des femmes. Une fille issue d'une famille pauvre est 14 fois plus susceptible de n’avoir jamais été à l'école qu’une fille d’une famille riche[2].

La véritable tragédie du Ghana, et d’ailleurs de bien d’autres pays de la région, tient au fait que, bien qu’il possède les ressources nécessaires pour mettre fin à l’extrême pauvreté et atténuer les disparités qui ravagent sa société, il ne les met pas à profit pour y parvenir.

[1] B.S. Coulibaly, « Reconciling financing needs and debt levels », dans Foresight Africa: Top Priorities for the Continent in 2019, Brookings, Washington, D.C., 2019, p. 28.
[2] Ghana Statistical Services, Ghana Health Service et ICF International, Ghana Demographic and Health Survey 2014, 2015, https://dhsprogram.com/pubs/pdf/FR307/FR307.pdf.

Oxfam au Ghana

Oxfam est présent au Ghana depuis plus de trois décennies. Au cours de cette période, nous avons établi des relations de confiance, piloté des programmes innovants qui ont été développés à grande échelle et, avec nos partenaires, nous avons apporté des changements concrets aux législations, politiques et budgets pour contribuer à un Ghana plus juste. Nous avons permis aux femmes d'utiliser leur voix pour obtenir des changements, assumer un rôle de leader au niveau communautaire et influencer les lois régissant la propriété et les droits des femmes de manière générale. Nos innovations en matière de santé et d'éducation ont permis de scolariser des milliers d'enfants marginalisés, de permettre aux filles de combattre le harcèlement sexuel et de fournir des soins de santé aux personnes les plus pauvres du nord du Ghana.

Créer un modèle économique juste

Une économie juste signifie que la participation à la création de richesses et de revenus et leur distribution sont équitables entre les hommes et les femmes, respectueuses de l'environnement et favorisent le respect des droits de l'homme, y compris le droit aux services essentiels.

Garantir que les systèmes sociaux du Ghana assurent l'égalité des droits et des chances pour les femmes et les filles

Il s'agit de réviser le système patriarcal qui sous-tend les systèmes économiques, politiques et sociaux et qui est enraciné dans le conditionnement social et les structures impénétrables du pouvoir. Cela implique d'appliquer une vision féministe pour comprendre comment la politique économique, la politique sociale et les structures de pouvoir politique désavantagent les femmes (et les filles), ainsi que l'accès aux services publics et la participation à la création de richesse dans le secteur privé.

Favoriser un système de gouvernance plus inclusif, démocratique et transparent dans le domaine de la santé, de l'éducation et des industries extractives

Nous aiderons à construire des mouvements populaires pour exiger et implémenter des changements ; pour un engagement concret des législateurs, nous amplifierons leurs besoins et leurs demandes à travers les médias. Nous nous engagerons dans le dialogue aux niveaux local, national, régional et mondial. Nous comprenons que le pouvoir du peuple, soutenu par une analyse fondée sur des données probantes, peut permettre de lutter contre la corruption et le gaspillage, d'augmenter les allocations budgétaires pour lutter contre la pauvreté et les inégalités, et de renforcer le processus démocratique.

Contacter Oxfam au Ghana

Oxfam au Ghana
No 435/12/115, Off Gifty Homes
Adjirigano, PMB 56, Airport Accra, Ghana
Tél. : +233 302 901 373
Facebook : @OxfaminGhana
Twitter : @OxfaminGhana