Ghana

Christina, 23 ans, cultive du maïs et on lui a montré comment faire du compost.

Christina a 23 ans et vit à Tambalug (Garu), elle a deux enfants. Christina cultive du maïs et on lui a montré comment fabriquer du compost. "Avec l'argent, je veux m'occuper de mes enfants : leur santé, leur bien-être, c'est à cette fin que je vais dépenser l'argent", dit-elle. Crédit : Nana Kofi Acquah/Oxfam

Contexte

En 2018, le Ghana était l'un des dix pays à la croissance la plus rapide au monde[1], et il s’agit actuellement de la deuxième économie d’Afrique de l’Ouest. De plus, le pays a accompli des progrès considérables en matière de réduction de la pauvreté au cours des dernières décennies. Pourtant, d’importantes inégalités subsistent, notamment entre le Sud et le Nord. En effet, la majorité de la population de la région du Nord vit avec moins d’un dollar par jour. À l’échelle nationale, environ 24,2 % de la population vit sous le seuil de pauvreté. Le Ghana se classe 140e sur 189 pays selon l’indice de développement humain (IDH) du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD).

Les inégalités entre les femmes et les hommes demeurent très importantes. L’un des hommes les plus riches du Ghana gagne plus en un mois que gagnerait l’une des femmes les plus pauvres en mille ans. Entre 2006 et 2016, la distribution des richesses a généré 1 000 nouveaux millionnaires (en dollars), mais seulement 60 de ces millionnaires étaient des femmes. Une fille issue d'une famille pauvre est 14 fois plus susceptible de n’avoir jamais été à l'école qu’une fille d’une famille riche[2].

La véritable tragédie du Ghana, et d’ailleurs de bien d’autres pays de la région, tient au fait que, bien qu’il possède les ressources nécessaires pour mettre fin à l’extrême pauvreté et atténuer les disparités qui ravagent sa société, il ne les met pas à profit pour y parvenir.

[1] B.S. Coulibaly, « Reconciling financing needs and debt levels », dans Foresight Africa: Top Priorities for the Continent in 2019, Brookings, Washington, D.C., 2019, p. 28.
[2] Ghana Statistical Services, Ghana Health Service et ICF International, Ghana Demographic and Health Survey 2014, 2015, https://dhsprogram.com/pubs/pdf/FR307/FR307.pdf.

Oxfam au Ghana

Oxfam est présente au Ghana depuis 1985. Nous avons pour objectif de réduire la pauvreté et les inégalités, en particulier entre les femmes et les hommes, grâce à un travail d’influence et de plaidoyer dans trois domaines clés : l’agriculture, les services essentiels et la gouvernance des industries extractives.

Favoriser la justice économique et la sécurité alimentaire par l’agriculture

Le secteur agricole emploie plus de 41 % de la population active. Dans le cadre d’un programme de promotion de la justice économique, nous soutenons les moyens de subsistance des agricultrices et agriculteurs en les aidant à s’adapter au changement climatique, en améliorant leur accès aux équipements et en militant en faveur d’investissements ciblés dans le secteur agricole.

Lutter contre les inégalités en matière de santé et d’éducation

Nous nous attaquons aux inégalités dans les secteurs de la santé et de l’éducation et nous visons à créer un système fiscal équitable, responsable, efficace, moderne et transparent par l’entremise d’actions dans le secteur privé et au niveau des politiques publiques. Nos campagnes contribuent à l’élaboration de politiques en faveur des pauvres qui comprennent des mécanismes de financement favorisant l’accès universel à des services de santé et d’éducation de qualité au Ghana.

Bien que nous ayons la conviction qu’il appartient aux gouvernements de fournir les services essentiels, Oxfam contribue également à réduire la mortalité maternelle dans les zones rurales et à promouvoir l’alphabétisation et l’éducation de base des enfants, notamment des filles, des communautés défavorisées.

Plaider en faveur d'un système fiscal équitable et optimal pour le développement

En collaboration avec d’autres organisations de la société civile, nous promouvons la redevabilité et la transparence des institutions compétentes et nous exhortons le gouvernement ghanéen à mettre à profit les considérables richesses minérales du pays pour favoriser le développement dans les communautés pauvres et vulnérables.

Contacter Oxfam au Ghana

Oxfam au Ghana
Naana Nkansah Agyekum
Chargée des communications et médias
nagyekum@oxfam.org.uk
No 435/12/115, Off Gifty Homes
Adjirigano, PMB 56, Airport Accra, Ghana
Tél. : +233 302 901 373
Facebook : @OxfaminGhana
Twitter : @OxfaminGhana