Un seul jour de dépenses militaires suffirait à freiner la faim dans le monde

Mardi 20 avril 2021
Aminiata Diallo est veuve et exploite une parcelle dans une ferme collective .La pluviométrie a fortement baissé et ses champs de céréales ne produisent plus un bon rendement et ne suffisent pas à nourrir sa famille. Crédit : Samuel Turpin/ Oxfam

L’équivalent de 26 heuresde dépenses militaires à l’échelle mondiale suffirait à financerles 5,5milliards de dollars nécessaires pour aider les personnes les plus vulnérables de la planète, indique un ensemble d’organisations humanitaires. Plus de 200 organisations non gouvernementales (ONG) publient aujourd’hui une lettre ouverte appelant tous les États à accroître de toute urgence l’aide humanitaire pour éviter que plus de 34 millions de personnes ne courent le risque d’être poussées au bord de la famine d'ici à la fin de cette année.

En effet, un an après la mise en garde des Nations Unies contre des «famines aux proportions bibliques», les fonds fournis en réponse par les pays riches ne totalisent que5% de l’appel lancé par l’ONU pour 2021,soit 415 millions de dollarssur les 7,8 milliards réclamés pour lutter contre la faim dans le monde.

Les 5,5 milliards de dollars supplémentaires récemment réclamés par leProgramme alimentaire mondial des Nations Unies(PAM)et l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (ONUAA) équivalent aux dépenses militaires que l’ensemble des pays du monde effectuent en 26 heures. Par ailleurs, ce sont en tout quelque 1900 milliards de dollars qui sont consacrés chaque année à ces dépenses. Résultat, alors que de plus en plus de personnes sont contraintes de se coucher le ventre vide chaque soir, les conflits s’intensifient.

À la fin de l’année 2020, les Nations Unies ont estimé que 270 millions de personnes étaient confrontées à un risque très élevé de souffrir de faim aiguë ou en souffraient déjà. En effet, 174 millions de personnes, réparties dans 58 pays, se trouvent déjà dans cette situation et risquent de mourir de malnutrition ou de manque de nourriture. En l’absence d’une réaction immédiate, ce chiffre ne peut qu’augmenter dans les mois à venir.

Au niveau mondial, les prix moyens des denrées alimentaires sont au plus haut depuis sept ans.

Les conflits sont le principal facteur de faim dans le monde, suivis par les changements climatiques et la pandémie de coronavirus. Du Yémen à l’Afghanistan, en passant par le Soudan du Sud et le Nord du Nigeria, les conflits et la violence poussent des millions de personnes au bord de la famine.

Dans les zones de conflit, les habitant-e-s sont témoins de scènes dantesques liées à la famine. Dans le gouvernorat de Lahj, auYémen, Fayda raconte: «Lorsque les travailleurs humanitaires sont arrivés chez moi, ils ont pensé que j’avais de quoi manger parce qu’ils ont vu de la fumée sortir de ma cuisine. Et pourtant,je n’étais pas en train de préparer un repas pour mes enfants. Je n’avais que de l’eau chaude et des plantes à leur donner, après quoi ils sont allés au lit affamés. J’ai déjà pensé à plusieurs reprises à me suicider, mais je tiens le coup pour mes enfants.»

Au début de la pandémie de COVID-19, le secrétaire général des Nations Unies a appelé à un cessez-le-feu mondial pour concentrer tous les efforts sur la lutte contre le coronavirus, mais la plupart des dirigeant-e-sont fait la sourde oreille. Les dirigeant-e-s de ce monde doivent trouver des solutions durables aux conflits, tout en permettant aux humanitaires d’accéder aux zones où sévissent ces conflitspour pouvoir sauver des vies.

D’après Ahmed Shehu, coordinateur régional du Réseau de la société civile du bassin du lac Tchad: «La situation ici est vraiment désespérée. Soixante-dix pour cent des habitant-e-s de cette région se consacrent à l’agriculture, mais ces personnesne peuvent actuellement pas accéder à leurs terres à cause de la violence généralisée. Il ne leur est donc pas possible de produire des aliments. Cela fait des milliers d’années que les agriculteurs et agricultrices fournissent de la nourriture à la population. Maintenant, ces personnes en sont réduites à mendier. La perte de production alimentaire entraîne la perte d’emplois et de revenus, et les gens ne peuvent plus se procurer de la nourriture. Et nous, en tant qu’humanitaires, nous ne pouvons même pas nous rendre en sécurité auprès de ces gens pour les aider. Certaines et certains d’entre nous se sont risqués à se déplacer pour atteindre des communautés dans le besoin et ont été enlevés. Nous ignorons où ils se trouvent. C’est un dur contre-coup pour celles et ceuxd’entre nous qui veulent désespérément aider.»

Notes aux rédactions: 
  • Consultez la lettre ouverte.
  • En Afrique de l'Ouest,27,1 millions de personnes pourraient être confrontées à une crise alimentaire dont 12,8 millions dans le nord du Nigeria d'ici juin-août. Cela représente une augmentation de 10 millions par rapport à juin-août 2020.
  • Pour faire face à la crise alimentairedans cinq pays du Sahel seulement (Burkina Faso, Mali, Niger, Tchad, Nigeria), le besoin de financement est estimé à environ 1,5 milliard de dollars. Seuls 5 % ont été reçus.
  • Au premier trimestre de 2021, les bailleurs n’ont fourni que 6,1%  des 36 milliards de dollars demandés au total dans les appels humanitaires lancés par l’ONU pour l’année. Dans le domaine de la sécurité alimentaire, cefinancement ne couvre actuellement que 5,3% de ces appels, soit 415 millions de dollars, sur les7,8 milliards de dollars demandés en tout. (En date du 7 avril 2021)
  • Les calculs relatifs auxdépenses militaires sont basés sur le rapport 2019 de l’Institut international de recherche sur la paix de Stockholm qui a estimé les dépenses militaires mondiales à 1900milliardsde dollars.
  • Selon l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (ONUAA), les prix alimentaires mondiaux ont atteint en février 2021 leur plus haut niveau depuis sept ans.
  • L’étude réalisée par Development Initiatives sur l’impact de la pandémie de COVID-19 sur le volume d’aide humanitaire a révélé une baisse substantielle, en 2020, des engagements d’aide du Canada, de l’Allemagne, du Royaume-Uni et des États-Unis, ainsi qu’une légère baisse de la part des institutions de l’Union européenne (UE). Aucune donnée n’est disponible pourla France, l’Italie et le Japon.
  • Les derniers chiffres disponibles sur l’étendue de la faim dans le monde datent de mars 2021 et proviennent du rapport Hunger Hotspots du PAM. En décembre, l’aperçu humanitaire mondial de l’ONU pour 2021signalait que le nombre de personnes en situation d’insécurité alimentaire aiguë pourrait atteindre 270 millions d’ici la fin 2020. L’ONUAA et le PAM ont repris cette estimation dans leur appel à l’action pour éviter la famine, lancé en février 2021.

CITATIONS DES ONG SIGNATAIRES:

Gabriela Bucher, directrice générale d’Oxfam International:

«Les pays les plus riches réduisent leur aide alimentaire alors même que des millions de personnes souffrent de la faim; c’est un échec politique retentissant. Ces pays doivent de toute urgence revenir sur leurs décisions. Et nous devons nous attaquer aux causes fondamentales de la famine. La faim dans le monde n’est pas due à un manque de nourriture, mais bel et bien aux inégalités socio-économiques.»

Jean-François Riffaud, Directeur Général d’Action contre la Faim

« Les dirigeants des grandes puissances mondiales doivent répondre de manière urgente aux crises alimentaires qui se déroulent chaque jour sous nos yeux. Si rien n’est fait, encore plus de personnes mourront de malnutrition et de faim. Les gouvernements et les bailleurs doivent intensifier leurs efforts diplomatiques et financiers pour prévenir les famines, protéger les civils et préserver l’espace humanitaire. La résolution 2417 du Conseil de Sécurité des Nations-Unies, établissant le lien entre faim et conflit, doit, de toute urgence être plus largement mise en œuvre. Le prochain sommet du G7 est une opportunité pour concrétiser ses engagements et éviter que desmillions de personnes tombent dans la faim»

David Miliband, PDG de International Rescue Committee:

«Il est terrifiant de voir que leproblème de la faim continue à s’aggraver dans le monde. Chaque jour, dans les pays où nous travaillons, nous sommes témoinsducoût humain de ce fléau. Les dirigeant-e-s du monde se doivent de réagir sans tardersous peine de provoquerdes souffrancessans précédent. Il fautaugmenterles fondset redoubler les efforts diplomatiques déployés pour mettre fin aux conflits et améliorer l’accès humanitaire.»

Sofía Sprechmann Sineiro, secrétaire générale de CARE International:

«Qu’il s’agisse du Yémen, de la Syrie ou de la RDC, les fonds destinés à répondre à la crise alimentairene se matérialisent pas. Pourtant, dans le même temps,les aides consacrées aux grandes entreprises à travers des plans de sauvetage se comptent par milliers de milliardsde dollarsdans le monde entier. Les bailleursdoivent intensifier leurs efforts. Ce n’est pas une question decapacité financière, maisbiende volonté politique. D’après les données dont nous disposons chez CARE,pour chaque dollar gagné par les femmes, 80 cents reviennent à la famille, contre 30 cents pour chaque dollar gagné par les hommes. Les inégalitésentre les femmes et les hommessontun facteur prédictif clé de l’apparition et de la récurrence des conflits armés. Si nous ne parvenons pas à comprendre ce simple constat, nous ne parviendrons pas à prévenir nià combattre efficacement la famine.»

Inger Ashing, PDG de Save the Children:

«Nous avons averti les bailleursà maintes reprises. Leur inaction sèmele désespoir et entraîne la mort de nombreux enfants, comme nous le constatons chaque jour dans plusieurs pays du monde entier. Début mars, une conférence d’annonces de contributions pour le Yémen n’a même pas permis de réunir la moitié des fonds nécessaires, et ce pays se trouve actuellementà un point de basculement. C’est honteux, car les gouvernements ontdel’argent. Le fait que des milliers d’enfants mourront de faim et de maladie en 2021 est la conséquence d’un choix politique. Il incombe aux États de se prononcer sans ambages en faveur de la vie de ces enfants.»

Charlotte Slente, secrétaire générale de Danish Refugee Council:

«Parmi le nombre croissant de réfugié-e-s et de personnes déplacées, le manque d’accès à la nourriture ne fait qu’aggraver une situation déjà critique. Danish Refugee Council appelle tous les États à agir sans attendre pour empêcher que la faim n’accentue encore la misère des groupes de personnesles plus vulnérables de la planète.»

Andrew Morley, PDG de World Vision International:

«Je vais être franc:il n’y a pas deprétexte qui vaillepour justifier l’existence d’unefamine au XXIe siècle. Le fait que nous en soyons arrivés là témoigne d’un échec moral clair et effroyablede la part de la communauté internationale. Une génération de filles et de garçons a besoin que nous leur apportions une lueur d’espoir, en les soutenant et en leur donnant les moyens de réaliser leur potentiel. Les enfants du monde entier attendent de nous que nous prenions les choses en main.»

Tufail Hussain, PDG par intérim de Islamic Relief Worldwide:

«Réduire l’aidehumanitaireen plein milieu d’une pandémie est moralement odieux et risque de ruiner le fruit de plusieurs décennies de développement. Si nous n’agissons pas maintenant, les générations à venir en pâtiront, étant donné que la malnutrition affecte le développement cognitif et physique des jeunes enfants pour le reste de leur vie. Le monde ne doit pas attendre que la famine soit déclarée pour aider les personnes qui meurent de faim en ce moment même. Nous lançons un appel à la solidarité mondiale pour mettre fin à ce fléau et soutenir les personnes les plus pauvres de la planète.»

Anne-Birgitte Albrectsen, PDG de Plan International:

«Nous assistons à une crise alimentaire mondiale réellement dévastatrice, qui va toucher plus durement les filles et les femmes. À l’heure actuelle, dans des pays comme le Soudandu Sud, nous savons que des gens meurent de faim et que des familles passent des journées entières sans rien à se mettre sous la dent. D’autres font des choix déchirants, en mariant leurs filles plus tôt ou en gardant le peu de nourriture qu’elles ont pour les membres actifs du foyer. Il est essentiel que les dirigeant-e-s du monde entier s’engagent à financer davantage l’aide humanitaire, faute de quoi nous risquons de constater desmillions de décès qui auraient pu être évités.»

Contact information: 

Des porte-paroles sont disponibles chez Oxfam en Afrique de l’Ouest et ses partenaires dans les langues suivantes: français, anglais, Haoussa, Yoruba, Fulfulde.

Photos et images vidéo disponibles sur demande.

Contact pour les médias: Simon Trépanier, Conseiller régional en communication et média Oxfam|Platforme Afrique de l’Ouest|cell: +249 99 180 3627 |What'sApp: +229 90 01 81 58|Skype:simontrep